Lectures - Maghreb - Compte-rendushttp://lectures.revues.orgRevue électronique publiant des comptes rendus de publications récentes (ouvrages, numéros de revues) en sciences socialesLodel 1.0 + merge_feedsDominique Marchetti (dir.), La circulation des productions culturelles. Cinémas, informations et séries télévisées dans les mondes arabes et musulmanshttp://journals.openedition.org/lectures/23901Tue, 05 Dec 2017 00:00:00 +0100Jamal Afghane<p>Cet ouvrage analyse les différents enjeux de la circulation des productions culturelles dans le monde arabe et musulman. Ouvrage collectif, il se présente en quinze chapitres organisés en trois parties. La première partie, dont l’objet est les récentes transformations des flux transnationaux de l’information et des usages journalistiques, s’ouvre sur un premier chapitre de Tourya Guaaybess qui fait office de synthèse des changements qui ont affecté les champs médiatiques dans la région arabe. L’auteure souligne un changement de paradigme dans la prise en compte de la question des inégalités dans l’accès aux moyens d’information. Ce changement se traduit par la fin du paradigme d’impérialisme culturel, l’obsolescence des notions de « centre » et de « périphérie », ainsi que l’inutilité d’évoquer l’idée de « pays dominants/dominés » en matière d’information : le concept de globalisation de l’information est le nouveau cadre théorique pour appréhender les changements survenus. Nicolas ...</p> http://journals.openedition.org/lectures/23901 Raymond Jamous, Le Sultan des frontières. Essai d’ethnologie historique du Marochttp://journals.openedition.org/lectures/23862Thu, 30 Nov 2017 00:00:00 +0100Khalid Mouna<p>L’histoire politique du Maroc a fait l’objet de plusieurs recherches. L’intérêt de la dynastie Alawite qui règne aujourd’hui au Maroc réside dans le fait qu’elle fait partie des plus anciennes dynasties au monde (1631). L’essai de Raymond Jamous cherche à saisir la spécificité historico-poltique de cette dynastie et sa particularité par rapport aux autres dynasties qui l’ont précédée. <em>Le sultan des frontières. Essai d’ethnologie historique du Maroc</em> se propose d’ethnologiser l’histoire. </p> <p>Dans l’introduction du <em>Sultan des frontières</em>, Jamous articule le cheminement de sa nouvelle réflexion avec les principaux résultats de son premier travail sur le Rif. La baraka est centrale, notamment celle du sultan et du <em>shorfa</em> (descendant du prophète, selon l’auteur). En résumé, le sultan est le seul qui peut conjuguer dans son action violence et baraka. En effet, dit Jamous, « dans les cérémonies de mariage comme dans le mythe, le sultan marocain apparaît comme une figure de l’autorité centrale, m...</p> http://journals.openedition.org/lectures/23862 Dominique Lorrain (dir.), Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les renteshttp://journals.openedition.org/lectures/23777Mon, 13 Nov 2017 00:00:00 +0100Guy Burgel<p>Sous un titre banal et un sous-titre sibyllin, c’est un livre important, par les informations qu’il apporte sur quatre villes maîtresses du bassin méditerranéen (Beyrouth, Le Caire, Alger, Istanbul), mais surtout par les perspectives générales de leurs expériences urbaines, ouvertes par le coordonnateur de l’ouvrage, Dominique Lorrain, assisté en conclusion par Eric Verdeil. Car il s’agit de s’interroger sur une des boites noires des études urbaines contemporaines : les formes de « gouvernement » des métropoles. Saluons au passage la clarté du mot, qui a l’insigne qualité de ne pas tomber dans les poncifs vagues et galvaudés de la « gouvernance ».</p> <p>Faisons d’abord leur place aux quatre monographies qui constituent le corps du volume. Rondement menées par des spécialistes reconnus et orientées par un questionnement original, elles illustrent les mérites du genre monographique, avec l’avantage d’introduire et de nuancer les reconstructions théoriques sans analyse d’exemples En l’occurre...</p> http://journals.openedition.org/lectures/23777 Serge Sur (dir.), « L’Algérie, puissance régionale », Questions internationales, n° 81, 2016http://journals.openedition.org/lectures/23693Mon, 06 Nov 2017 00:00:00 +0100Nicolas Lepoutre<p>Les quelques images de la rencontre entre le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, et le président de la République algérienne, Abdelaziz Bouteflika, diffusées par la télévision publique algérienne en octobre 2017 n’ont pas dissipé les interrogations quant à une éventuelle « vacance du pouvoir » à Alger. Gravement affecté par un AVC en 2013, le chef de l’État algérien n’apparaît plus en public et ne reçoit quasiment plus ses homologues étrangers, au point que certains opposants au régime estiment que l’Algérie est en passe d’être marginalisée sur la scène internationale. Dans ce contexte délicat, ce numéro de la revue <em>Questions internationales</em> s’interroge précisément sur le rôle de l’Algérie comme « puissance régionale ». Dirigé par Serge Sur, fondateur du centre Thucydide d’analyse et de recherche en relations internationales, il réunit les contributions d’une quinzaine d’historiens, de politistes ou de juristes, principalement français, mais aussi algériens.</p> <p>Ce dossier présente ...</p> http://journals.openedition.org/lectures/23693 Hélène Buisson-Fenet (dir.), École des filles, école des femmes. L’institution scolaire face aux parcours, normes et rôles professionnels sexuéshttp://journals.openedition.org/lectures/23234Wed, 05 Jul 2017 00:00:00 +0200Aline Henninger<p>Cet ouvrage collectif est le fruit du symposium international « écoles de filles, écoles de femmes » qui a eu lieu à l’École normale supérieure de Lyon les 1<sup>er</sup> et 2 septembre 2014. Les auteurs, pour la plupart sociologues, font en sorte d’actualiser les données et questions posées par la sociologue Marie Duru-Bellat en 2004 dans la seconde édition de <em>L’École des filles : quelles formations pour quels rôles sociaux ?</em> .Ces recherches remettent en perspective l’apparente meilleure réussite scolaire des filles, mise en avant depuis plus d’une dizaine d’années. En faisant le point sur la situation de l’école en France dans les années 2000-2010 et en présentant certains parcours scolaires féminins et en exposant des modes de production socio-scolaires des identités sexuées, les contributeurs de l’ouvrage permettent d’affiner la compréhension des inégalités scolaires sexuées et des enjeux de rapports de genre dans l’éducation.</p> <p>Divisé en trois parties, cet ouvrage dirigé par Hélène Buisson-F...</p> http://journals.openedition.org/lectures/23234 Colette Zytnicki, L’Algérie, terre de tourisme. Histoire d’un loisir colonialhttp://journals.openedition.org/lectures/23170Tue, 27 Jun 2017 00:00:00 +0200Alain Messaoudi<p>Avec <em>L’Algérie, terre de tourisme</em>, Colette Zytnicki nous offre un livre d’accès aisé, qui présente une synthèse informée sur un thème qui n’attire l’intérêt des historiens de langue française que depuis relativement peu de temps : le tourisme en situation coloniale. Il se fonde sur une recherche de plusieurs années, entamée alors que les pratiques touristiques de l’époque coloniale pouvaient encore sembler constituer un objet mineur, superficiel, dans l’étude d’une société caractérisée par des rapports sociaux inégaux et une violence latente. L’ouvrage entend aborder le tourisme comme un fait social total. Il se fonde donc sur des sources très diverses : récits de voyageurs et guides touristiques, qui nous renseignent sur les réalités matérielles et l’imaginaire du voyage, mais aussi archives publiques du Gouvernement général de l’Algérie et presse algérienne, qui permettent de reconstituer les politiques publiques engagées en faveur du développement touristique et d’aborder les dim...</p> http://journals.openedition.org/lectures/23170 Mélanie Jacquemin, Doris Bonnet, Christine Deprez, Marc Pilon, Gilles Pison (dir.), Être fille ou garçon. Regards croisés sur l’enfance et le genrehttp://journals.openedition.org/lectures/23137Wed, 21 Jun 2017 00:00:00 +0200Marie Duru-Bellat<p>Dans ce livre collectif publié par les éditions de l’Institut national d’études démographiques (INED), c’est un éventail relativement ouvert de spécialistes qui se penche sur l’enfance et le genre : certes, les démographes sont en majorité, mais on compte autant de contributions d’anthropologues et de sociologues, le plus souvent spécialistes des pays francophones d’Afrique. Huit des dix contributions portent sur ces pays (ce que le titre n’indique pas !, même si une ambition de l’ouvrage est de croiser les approches « Nord/Sud » de l’enfance et du genre). Ce second croisement est quant à lui transversal à tous les textes. Il s’exprime à la fois par les descriptions des phénomènes étudiés et par les préoccupations méthodologiques, exprimées notamment dans un texte introductif de Fabienne Hejoaka et Elsa Zotian, qui pose la question de la gestion de la relation d’enquête, quand l’anthropologue doit à la fois traverser la frontière de l’âge (se mettre à la portée des enfants, investir...</p> http://journals.openedition.org/lectures/23137 Claire Mauss-Copeaux, Hadjira. La ferme Ameziane et au delà…http://journals.openedition.org/lectures/23100Tue, 13 Jun 2017 00:00:00 +0200Marc André<p>Claire Mauss-Copeaux est une historienne qui buissonne tant dans les « chemins du présent » que dans ceux du passé. Elle est libre. Livre après livre, elle tisse une œuvre singulière, toute en finesse et en originalité, loin de l’académisme. Sa démarche est rare. Connue pour ses travaux sur les appelés en Algérie durant la guerre, puis sur les massacres du Constantinois, elle a notamment démontré la précocité des violences durant cette guerre d’indépendance en utilisant une méthode qu’elle a fait sienne, celle de l’histoire orale. Sa marque de fabrique ? Elle écoute les silences, elle prend le temps. Cette méthode est à l’œuvre dans son nouveau livre qui s’arrête sur l’itinéraire d’une jeune algérienne, Hadjira, issue d’une famille favorisée, militante active pour l’indépendance de son pays, engagée par le Front de libération nationale (FLN), arrêtée puis torturée dans la « ferme Ameziane ». Les souvenirs d’Hadjira, retranscrits avec soins, sont doublement recontextualisés. Non seul...</p> http://journals.openedition.org/lectures/23100 Noam Chomsky, De la guerre comme politique étrangère des États-Unishttp://journals.openedition.org/lectures/22886Wed, 17 May 2017 00:00:00 +0200Christophe Premat<p>Jamais l’adage <em>Si vis pacem, para bellum</em><em> </em>n’aura été aussi bien illustré que par l’ouvrage synthétique de Noam Chomsky portant sur la qualification de la politique étrangère des États-Unis. Précis et étayés sur des enquêtes bien répertoriées, les huit articles qui constituent ce livre sont au service du même diagnostic mettant en relief la nature belliqueuse de la politique étrangère américaine, contrairement au discours classique de défense des libertés et des droits de l’homme mis régulièrement en avant par les autorités officielles américaines. Les États-Unis ont imposé un modèle capitaliste qu’ils défendent sur la scène internationale et, selon l’auteur, la guerre vise principalement à protéger les intérêts des grandes entreprises américaines. En effet, le parallèle entre la guerre et la concurrence économique est entièrement assumé par Noam Chomsky, qui s’emploie à justifier historiquement ce lien. Il ne s’agit pas d’éliminer des adversaires, mais de mettre à terre d’autres proj...</p> http://journals.openedition.org/lectures/22886 Leyla Dakhli et Vincent Lemire (dir.), Étudier en liberté les mondes méditerranéens. Mélanges offerts à Robert Ilberthttp://journals.openedition.org/lectures/22691Tue, 18 Apr 2017 00:00:00 +0200Marie-Carmen Smyrnelis<p>En quelque sorte, rédiger un compte rendu des <em>Mélanges offerts à Robert Ilbert</em> est aussi une manière de rendre hommage à l’historien et à son œuvre, en particulier à son magistral ouvrage (version remaniée de son doctorat d’État) intitulé : <em>Alexandrie 1830-1930. Histoire d’une communauté citadine</em><em></em>. Il y reconstitue un « espace urbain dans sa croissance, dans ses rythmes et dans son statut de production sociale » (p. XXX) à partir d’une périodisation qu’il construit minutieusement pour mettre en évidence le rôle que jouent les notabilités dans la création d’une ville pour tous. L’Alexandrie plurielle ne fonctionne, en effet, que par la reconnaissance de l’autonomie des divers groupes et communautés qui, par-delà leurs différences, la superposition de leurs statuts et identités ou leurs distinctions sociales, se reconnaissent autour d’une véritable « communauté d’intérêts ». La démarche est totalement novatrice et marque un tournant majeur dans l’analyse des villes-ports de la Méditerr...</p> http://journals.openedition.org/lectures/22691 Marc André, Femmes dévoilées. Des Algériennes en France à l’heure de la décolonisationhttp://journals.openedition.org/lectures/22554Wed, 22 Mar 2017 00:00:00 +0100Soraya Laribi<p>Biographie collective des Algériennes arrivées dans l’agglomération lyonnaise avant l’indépendance, cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat. Marc André aborde la problématique de la « catégorisation » et de la « réification » (p. 11) des Algériennes, dont les parcours ont bien souvent été « tronqués » (p. 12) dans les archives et la presse où elles apparaissent comme des figures secondaires. Il s’agit donc pour l’historien, qui complète le travail majeur de Djamila Amrane, de mettre d’abord en lumière le rôle de ces Algériennes dans le contexte de la décolonisation, comme le souligne le titre de son livre, mais aussi le contexte de l’émancipation des femmes et celui de l’émergence d’une société de consommation, en suivant, par conséquent, le « paradigme de l’histoire croisée » (p. 18). Le choix de l’auteur de centrer son étude sur les Algériennes de l’agglomération lyonnaise s’explique par leur forte représentation durant la période étudiée, à savoir de 1947 à 1962. L’auteur a ...</p> http://journals.openedition.org/lectures/22554 Gülçin Erdi Lelandais, Bénédicte Florin (dir.), « Marges urbaines et résistances citadines », Cultures & Conflits, n° 101, 2016http://journals.openedition.org/lectures/22480Tue, 14 Mar 2017 00:00:00 +0100Thierry Robin<p>Ce dossier tire sa substance à la fois de communications présentées lors d’un colloque à Istanbul en 2014, dans le cadre d’un programme de recherche ANR (Agence nationale de la recherche), « Marges et villes : entre exclusion et intégration. Cas méditerranéens », et de travaux de recherche complémentaires, sur le thème commun des « pratiques de résistance urbaine aux marges » (titre de l’appel à contributions pour un des <em>workshops</em> du colloque). De quoi est-il question par cette dernière formule ? Le constat de départ est que les adaptations constantes des villes aux besoins de l’économie néo-libérale aggravent les processus de marginalisation de certains espaces urbains. Ces espaces marginalisés, ou marges urbaines, se situent tout autant dans les péricentres et les centres que dans les périphéries des villes. Ce sont des espaces de conflictualité où se déploient des rapports de force et de domination. Les populations qui vivent dans ces marges urbaines ne sont pas toutes elles-même...</p> http://journals.openedition.org/lectures/22480 Frances S. Hasso, Zakia Salime (dir.), Freedom without Permission. Bodies and Space in the Arab Revolutionshttp://journals.openedition.org/lectures/22444Mon, 06 Mar 2017 00:00:00 +0100Yasmine Berriane<p>Cet ouvrage aborde de manière fine et différenciée le lien entre les révoltes qui ont secoué l’Afrique du Nord et le Moyen Orient en 2011 et la question du changement. Ces mobilisations protestataires ont donné naissance à une littérature foisonnante qui s’est surtout penchée sur les effets politiques des révoltes, mesurant la « réussite » de ces dernières à leur capacité à renverser les régimes en place. Face à la résilience de ces régimes, au retour en force d’anciennes élites et à l’émergence de conflits violents, la référence au « printemps » a vite laissé place à celle « d’hivers arabes » qui met notamment l’accent sur « l’échec » de ces mobilisations protestataires à induire un quelconque changement. L’ouvrage dirigé par Frances S. Hasso et Zakia Salime, deux sociologues connues pour leurs travaux portant sur le genre et les sexualités dans le monde arabe, nous propose une perspective différente qui permet de penser la pluralité des transformations qui accompagnent les moments...</p> http://journals.openedition.org/lectures/22444 Abdelhafid Hammouche, Gilbert Meynier, Roland Pferfferkorn (dir.), « Colonial, postcolonial, décolonial », Raison Présente, n° 199, 2016http://journals.openedition.org/lectures/22310Mon, 13 Feb 2017 00:00:00 +0100Manon Domenech<p>Étudier l’impact et les conséquences multiples de la colonisation sur les savoirs et les contextes nationaux implique d’interroger à la fois le rapport des sciences sociales avec la question coloniale, et la manière dont cette question est traitée et intégrée dans les historiographies. C’est l’objectif de ce 199<sup>e</sup> numéro de <em>Raison Présente, </em>coordonné par Abdelhafid Hammouche, Gilbert Meynier et Roland Pferfferkorn, portant sur le champ des études postcoloniales. Rassemblant dix articles, le dossier détaille dans un premier temps les débats postcoloniaux présents en Allemagne et en Italie, à travers les articles d’Élise Pape et Antonio Morone, ainsi que l’impact du colonialisme français en Indochine et en Algérie. Deux contributions se focalisent ensuite sur le poids du passé colonial en Algérie (Gilbert Meynier) et le traitement historique de la bataille de Dien Bien Phu (Alain Ruscio). La seconde moitié du numéro rassemble quatre contributions mettant en lumière les rapports complex...</p> http://journals.openedition.org/lectures/22310 Dominique Thomas, Générations djihadistes. Al-Qaïda – État islamique, histoire d’une lutte fratricidehttp://journals.openedition.org/lectures/22313Mon, 13 Feb 2017 00:00:00 +0100Théo Blanc<p>La multiplication des attentats en Europe est souvent décrite comme la conséquence de l’hégémonie du groupe État islamique (EI) sur la mouvance djihadiste. Pourtant, le massacre de <em>Charlie Hebdo</em> le 7 janvier 2015 par des militants d’Al-Qaïda (AQ) vient rappeler avec force que l’organisation initiatrice du djihad global est loin d’avoir été éclipsée. En réalité, AQ et EI se livrent une bataille idéologique et stratégique pour le « monopole du djihadisme » (p. 153). Leur divergence sur les finalités du djihad, mais aussi sur ses stratégies, est à l’origine d’une « surenchère opérationnelle » (p. 201) et médiatique visant à discréditer le rival en termes tant de capacités matérielles que de légitimité islamique. C’est à la fois la résilience d’AQ et le conflit générationnel avec l’EI que Dominique Thomas, spécialiste des réseaux djihadistes, décrit dans cet ouvrage au moyen de sources primaires issues de la littérature djihadiste. </p> <p>On pourrait, de but en blanc, objecter à l’auteur qu’AQ...</p> http://journals.openedition.org/lectures/22313 Jean-Marc Salmon, 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, 17 décembre 2010 - 14 janvier 2011http://journals.openedition.org/lectures/21799Tue, 22 Nov 2016 00:00:00 +0100Jean-Claude Zancarini<p>Jean-Marc Salmon fait dans ce livre le récit de « la première révolution du XXI<sup>e</sup> siècle ». Le 14 janvier2011, après vingt-neuf jours de soulèvement populaire qui suivent l’immolation de Mohammed Bouazizi, à Sidi Bouzid, le président Zine el-Abidine Ben Ali quitte la Tunisie. Salmon retrace les événements jour après jour, en s’appuyant sur une lecture minutieuse des sources existantes (presse écrite, télévisions transnationales, web et articles savants) à laquelle il ajoute l’analyse d’entretiens avec quatre-vingt-dix acteurs du mouvement, interviewés entre mai 2011 et juin 2015. La question que se pose Salmon est fondamentale : comment ce mouvement sans direction nationale, sans porte-parole, sans texte de référence a-t-il triomphé d’un système autoritaire qui semblait tout puissant ? Il a une hypothèse forte pour y répondre : dans ce soulèvement, est à l’œuvre une hybridation entre des formes traditionnelles de la résistance populaire en Tunisie (les liens familiaux et tribaux ains...</p> http://journals.openedition.org/lectures/21799 Philippe Aldrin, Lucie Bargel, Nicolas Bué et Chirstina Pina, Politiques de l’alternance. Sociologie des changements (de) politiqueshttp://journals.openedition.org/lectures/21605Tue, 01 Nov 2016 00:00:00 +0100Igor Martinache<p>La survenue d’une alternance au pouvoir est considérée de nos jours comme l’un des principaux marqueurs du caractère démocratique d’un régime politique. Véritable sens commun du commentaire politique, une telle association est pourtant loin d’aller de soi en réalité dès lors que l’on prend un peu de recul historique ou géographique. Comme le rappelle ainsi justement Brigitte Gaïti dans son avant-propos, « il est peu probable que les troisième et quatrième républiques françaises ou que la première république italienne aient été des dictatures ou des régimes autoritaires, et pourtant les règles du jeu politique officielles ou officieuses qui y prévalaient, les configurations partisanes, les systèmes d’alliances qui s’y formaient n’autorisaient guère l’alternance, ou plutôt l’invisibilisaient derrière des pratiques de transformisme parlementaire ou de conjonction des centres : les majorités restaient faiblement identifiées, les groupes qui les composaient variaient, s’ajustant aux cour...</p> http://journals.openedition.org/lectures/21605 Jean-Louis Laville et José Luis Coraggio (dir.), Les gauches du XXIe siècle. Un dialogue Nord-Sudhttp://journals.openedition.org/lectures/21173Thu, 21 Jul 2016 00:00:00 +0200Fabien Escalona<p>L’ouvrage collectif dirigé par Jean-Louis Laville et José Luis Coraggio est important pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à l’actualité des gauches. Son apport est triple. Premièrement, il offre au public francophone un accès aux thèses de nombreux auteurs peu ou pas traduits, dont les contributions aux sciences sociales ou à la théorie critique sont pourtant substantielles. On pense par exemple à l’un des co-directeurs lui-même (José Luis Coraggio), au sociologue américain Fred Block, ou encore au politiste et responsable politique espagnol Juan Carlos Monedero. Deuxièmement, c’est un livre qui n’a pas peur de brasser large. Non seulement des grands enjeux sont abordés – la modernité, le développement, le capitalisme… – mais ils le sont sur plusieurs continents. Il s’agit incontestablement de la principale force de cet ouvrage, qui contribue à un regard moins « européo-centré » sur les conditions de renversement des inégalités dans les registres de l’avoir, du savoir e...</p> http://journals.openedition.org/lectures/21173 Raphaëlle Branche, La torture et l’armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962)http://journals.openedition.org/lectures/20878Thu, 26 May 2016 00:00:00 +0200Nicolas Lepoutre<p>Plus d’un demi-siècle après les faits, la guerre d’Algérie continue de susciter d’intenses débats mémoriels en France. En témoigne la décision du maire de Béziers, Robert Ménard, de renommer une rue de la ville, précédemment « rue du 19 mars 1962 » (date des accords d’Évian qui mettent fin à la guerre), en « rue du commandant Hélie Denoix de Saint-Marc », du nom d’un partisan de l’Algérie française et putschiste de 1961. L’intérêt pour cette période trouble et polémique ne se dément donc pas et requiert la publication de solides travaux historiques. Il s’agit ici en l’occurrence d’une réédition d’un précédent livre paru en 2001, lui-même issu de la thèse de doctorat de Raphaëlle Branche (réalisée sous la direction de Jean-François Sirinelli). Spécialiste de l’étude des violences en situation coloniale et plus spécifiquement en Algérie, l’auteure fait partie aujourd’hui des historiennes les plus reconnues en France dans le domaine colonial.</p> <p>La thèse centrale de l’ouvrage est énoncée c...</p> http://journals.openedition.org/lectures/20878 Pierre Vermeren, La France en terre d’islamhttp://journals.openedition.org/lectures/20832Fri, 20 May 2016 00:00:00 +0200Élisabeth Schulz<p>Dans cet ouvrage, Pierre Vermeren, professeur d’histoire à l’Université Paris-I et spécialiste du monde arabe et arabo-berbère contemporain, propose une relecture des événements qui vont de la conquête de l’Algérie à l’avènement du salafisme et qui illustrent bien la multiplicité des politiques coloniales en matière de religion. Il se démarque par son approche qui constitue « une histoire politique de la colonisation dans sa transversalité religieuse » (p. 14) et ne relève pas d’une histoire du colonialisme ou d’une histoire religieuse classique. En effet, l’auteur nous démontre qu’il ne peut en être autrement dans les mondes arabe, arabo-berbère et turc où la religion est partout. Cette recherche s’inscrit dans la veine de ses ouvrages précédents qui remettaient en question les idées reçues sur le monde arabe. Inscrivant sa recherche au cœur de l’actualité, sa réflexion met à jour le lien entre le passé et ce qui se déroule actuellement sous nos yeux. L’un des enjeux de cet ouvrage...</p> http://journals.openedition.org/lectures/20832 Quentin Deluermoz, Boris Gobille (dir.), « Protagonisme et crises politiques », Politix, n° 112, 2015.http://journals.openedition.org/lectures/20795Mon, 16 May 2016 00:00:00 +0200Federico Tarragoni<p>On a coutume de penser que dans les situations de crise politique, et notamment dans les conjonctures révolutionnaires, les individus se transforment. En tout cas, qu’ils reviennent de manière réflexive sur leur propre parcours à la lumière des événements, ainsi que des utopies, des temporalités et des possibles nouveaux qui surgissent au cœur des événements. C’est cette hypothèse interprétative, du plus grand intérêt sociologique, que testent l’historien Quentin Deluermoz et le politiste Boris Gobille, spécialistes des expériences révolutionnaires aux XIX<sup>e</sup> (Commune parisienne) et XX<sup>e</sup> siècles (Mai 68) et tous les deux sensibles à la question du « possible », tant dans le développement des sociétés contemporaines que dans la mise en récit temporelle qu’en propose l’histoire. Les révolutions du passé (La Révolution française, les Révolutions de 1848) et du présent (émeutes ukrainiens de 2013-14, Printemps arabes) sont ainsi passées au crible d’une hypothèse anthropologique novatrice :...</p> http://journals.openedition.org/lectures/20795 Where the burdens lie: positioning French Muslim-Jewish relations (from the outside?)http://journals.openedition.org/lectures/20708Tue, 26 Apr 2016 00:00:00 +0200Samuel Everett<h1>Belleville library today</h1> <p><span xml:lang="en" lang="en">The </span><em><span xml:lang="en" lang="en">Bibliothèque de Couronnes</span></em><span xml:lang="en" lang="en">, renamed </span><em><span xml:lang="en" lang="en">Bibliothèque Neguib Mahfouz</span></em><span xml:lang="en" lang="en"> in 2014 after the famous Cairene writer, can be found on the corner of rue de Couronnes and rue Julien Lacroix, two central axes of a neighbourhood called Belleville in the 20</span><sup><span xml:lang="en" lang="en">th</span></sup><span xml:lang="en" lang="en"> arrondissement in the North East of Paris. Commensurate to its size and scale, the library’s collection has a significant Arabic language and literature focus, reflecting the Maghrebi heritage of Belleville. The space within the library is one of public Republican secular neutrality (it belongs to the </span><em><span xml:lang="en" lang="en">Mairie de Paris</span></em><span xml:lang="en" lang="en">) that strives to recognize the specificities and commonalities of the area’s diversity, layered by different historical flows of migration, notably Chinese, West African and of course Jewish – first Polish, after the First World War, and then Maghrebi, after the Second World War – and North African Muslim, populations that are reflected, still today, in the library’s users. Neguib Mahfouz himself was among...</span></p> http://journals.openedition.org/lectures/20708 Alex Vailati et Carmen Rial (dir.), Migration of rich immigrants. Gender, ethnicity, and classhttp://journals.openedition.org/lectures/20682Fri, 22 Apr 2016 00:00:00 +0200Claire Gellereau<p>Alors que la « crise des migrants » en Europe est au cœur de l’actualité depuis plusieurs mois, c’est à propos d’un tout autre type de migrants que cet ouvrage s’intéresse. Les directeurs de l’ouvrage souhaitent avec cet ouvrage analyser certains types d’immigrés, auxquels les chercheurs (et les médias) ont accordés peu d’importance, à savoir les « <em>rich immigrants</em> ». Alors que les études sur ce type de migrants se développent depuis quelques années, notamment en géographie et en sociologie, sous des termes aussi différents que ceux de « <em>highly skilled</em> », « <em>expatriates</em> » ou encore « élites internationales », cet ouvrage n’en reprend aucun, afin de les rassembler sous l’expression de « <em>rich immigrants</em> ». Ainsi, celle-ci paraît utile aux directeurs pour rassembler une variété de catégories fragmentées qui pourtant, semblent avoir des caractéristiques communes (migrants entrepreneurs, réfugiés politiques ou encore les migrants fortement qualifiés). </p> <p>Si les études réunies s’attachent à ét...</p> http://journals.openedition.org/lectures/20682 Ratiba Hadj-Moussa, La télévision par satellite au Maghreb et ses publics. Espaces de résistance, espaces critiqueshttp://journals.openedition.org/lectures/20599Mon, 11 Apr 2016 00:00:00 +0200Patricia Caillé<p><span xml:lang="fr" lang="fr">Dans les pays du Maghreb, le mécontentement partagé vis-à-vis des régimes autoritaires et leur mainmise sur les télévisions nationales se conjugue aux effets du néolibéralisme imposé par les institutions internationales, qui a amené son lot de chômage, d’inégalités croissantes et de paupérisation. Partant de ce constat, Ratiba Hadj-Moussa explore la transformation engendrée par la pénétration de la télévision satellitaire au Maroc, en Algérie et en Tunisie, et l’appropriation de celle-ci par les publics, à partir de 223 entretiens menés dans les années 2000 (juste avant les révolutions). La télévision satellitaire, par les petits actes de résistance qu’elle a suscités, a nourri les pensées et les imaginaires et a encouragé une dissidence culturelle, sociale et politique. </span></p> <p><span xml:lang="fr" lang="fr">Les enjeux politiques, technologiques et économiques de la reconfiguration du paysage médiatique dans le monde arabe ont déjà été abordés</span><span xml:lang="fr" lang="fr"></span><span xml:lang="fr" lang="fr">. Nonobstant quelques classiques</span><span xml:lang="fr" lang="fr"></span><span xml:lang="fr" lang="fr"> dans la recherche francophone, la télévision ...</span></p> http://journals.openedition.org/lectures/20599 Myriam Catusse, Aude Signoles, François Siino (dir.), « Révolutions arabes. Un événement pour les sciences sociales ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 138, 2015http://journals.openedition.org/lectures/20588Fri, 08 Apr 2016 00:00:00 +0200Emmanuelle David<p>Les situations protestataires et soulèvements populaires qui ont eu lieu dans le monde arabe à partir de décembre 2010 ont mis à l’épreuve les méthodes et les catégories d’analyse utilisées par les chercheur-e-s en sciences sociales. La compréhension de ces phénomènes réclamée par la sphère journalistique a éprouvé le champ scientifique, qui s’est vu sommé de donner rapidement du sens à des évènements qu’il ne parvenait pas encore à expliquer. Myriam Catusse, Aude Signoles et François Siino présentent dans l’avant-propos la difficulté, pour les praticiens des sciences sociales, de saisir la spécificité de « l’irruption évènementielle » (p. 14) sans trahir les dynamiques et processus de long terme qui la sous-tendent, et se rangent ainsi du côté des partisan-e-s d’une approche historicisée. Ce dossier de la <em>REMMM</em>, conçu comme un dialogue entre les disciplines et les chercheur-e-s, donne à voir comment « l’évènement », en tant que moment historique, a bousculé, voire « révolutionné » ...</p> http://journals.openedition.org/lectures/20588 Saïd Haddad (dir.), Les armées dans les révolutions arabes : positions et rôles. Perspectives théoriques et études de cashttp://journals.openedition.org/lectures/20264Wed, 02 Mar 2016 00:00:00 +0100Nicolas Lepoutre<p>Alors que les conflits armés se multiplient dans le sillage des révolutions arabes de 2011 (guerre civile en Libye et en Syrie, prise de contrôle par l’Organisation de l’État islamique d’une large partie de l’Irak et de la Syrie) et que le secteur de la sécurité algérien est l’objet d’importantes mais obscures réformes, les armées arabes s’avèrent un sujet d’étude particulièrement pertinent. C’est le thème de cette publication, qui est le fruit d’un colloque de 2012 organisé par le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Les différentes contributions ont été rédigées en 2013 puis actualisées en 2015 afin de prendre en compte, au moins partiellement, les évolutions sur le terrain. L’ouvrage se compose, en plus de brèves introduction et conclusion, de sept chapitres : le premier propose un cadre théorique général pour renouveler l’analyse des armées arabes tandis que les six autres sont autant d’études de cas relatives à l’Algérie, l’Irak, la Tunisie, l’Égypte, la Liby...</p> http://journals.openedition.org/lectures/20264 Ali Noureddine, Ahmed Noureddine (1912-2007). Vie d’un patriote, rapportée par Ali Noureddinehttp://journals.openedition.org/lectures/20008Mon, 01 Feb 2016 00:00:00 +0100Daniel Rivet<p>Le fils, d’emblée, nous prévient : il ne s’agit pas d’écrire les mémoires du père par procuration, mais d’évoquer des séquences de vie d’un homme important au sein du personnel politique, qui bâtit la Tunisie au lendemain de l’indépendance. En effet, Ahmed Noureddine fut secrétaire d’État aux travaux publics et à l’habitat de 1959 à 1969, avant d’être ambassadeur en Italie de 1970 à 1972 et à Alger en 1973. Le fils, professeur à l’université de Sousse et auteur d’une forte thèse consacrée à l’exercice de la justice pénale sous le protectorat français, ne veut pas faire œuvre de biographe. Il s’adresse directement à son père comme s’il poursuivait avec lui le dialogue entretenu de leur vivant. Cette piété filiale n’interdit nullement son auteur de trouver le bon angle de vue et le ton juste pour parler de son père. De la succession d’instants qui grésillent comme des flashs, je retiendrai trois moments forts où l’auteur nous entraîne dans sa descente au plus profond de la Tunisie sur...</p> http://journals.openedition.org/lectures/20008 Michel Camau, Frédéric Vairel (dir.), Soulèvements et recompositions politiques dans le monde arabehttp://journals.openedition.org/lectures/18842Mon, 14 Sep 2015 00:00:00 +0200Belkacem Benzenine<p>Nombreux sont les ouvrages consacrés au « Printemps arabe ». Celui dirigé par Michel Camau et Frédéric Vairel intitulé <em>Soulèvements populaires et recomposition dans le monde arabe</em> est une contribution originale qui s’intéresse entre autres aux interactions entre le phénomène de la révolution et les pratiques despotiques régnant dans plusieurs pays arabes. Dans la présentation du livre, Camau et Vairel exposent clairement que leur objectif est de saisir à la fois les dynamiques de mobilisation et les transformations en cours dans les relations publiques. Pour ce faire, les auteurs de l’ouvrage tiennent compte des différents éléments nécessaires à la compréhension des phénomènes révolutionnaires comme les autorités, les appareils sécuritaires, les partis politiques, les réseaux sociaux, les jeunes et les élites intellectuelles et religieuses… Cet ouvrage est organisé en quatre parties. La première, intitulée « une phénoménologie des soulèvements populaires », s’intéresse aux dynamique...</p> http://journals.openedition.org/lectures/18842 François Pouillon et Jean-Claude Vatin (dir.), After Orientalism. Critical Perspectives on Western Agency and Eastern Re-appropriationshttp://journals.openedition.org/lectures/18592Tue, 07 Jul 2015 00:00:00 +0200Mathias De Meyer<p>Cet ouvrage est une traduction anglaise des actes du colloque « L’orientalisme et après », tenu à Paris du 15 au 17 juin 2011 et publiés initialement sous le titre <em>Après l’orientalisme : l’Orient créé par l’Orient</em> (Karthala, 2011). Les différentes contributions discutent la thèse classique d’Edward Said selon laquelle l’entité « Orient » et les savoirs portant sur ses habitants ne seraient que des chimères créées par un ensemble de discours occidentaux (universitaires, littéraires, artistiques, politiques) dans le cadre de rapports de force entre colonisateurs et colonisées. Comme l’indiquent les directeurs de l’ouvrage dans leur introduction, la majorité des articles ne visent pas à rejeter cette thèse d’un seul tenant. Les différents auteurs cherchent plutôt à en relativiser certains aspects, à l’élargir, à la complexifier. Les auteurs suivent, pour ce faire, trois axes argumentatifs. Un premier ensemble d’articles souligne la variété et la complexité de l’histoire de l’orientalis...</p> http://journals.openedition.org/lectures/18592 Gilles Manceron, Jean Jaurès. Vers l’anticolonialisme. Du colonialisme à l’universalismehttp://journals.openedition.org/lectures/17839Wed, 22 Apr 2015 00:00:00 +0200Lionel Njeukam<p>En campagne électorale à Toulouse le 13 avril 2007, le candidat Nicolas Sarkozy prononça un discours où il se réclamait « l’héritier de Jaurès ». Cette récupération d’une égérie de la gauche politique française souleva un tollé tous azimuts. Aux uns et aux autres d’essayer de comprendre qui était Jean Jaurès. Qu’a-t-il dit et qu’à-t-il fait au juste pour que son héritage symbolique ou réel soit revendiqué par celui qui allait devenir le président le plus à droite de la V<sup>e</sup> République française ? Ce livre, présenté par l’historien Gilles Manceron, n’est pas une biographie bien qu’il en a le timbre, il n’est pas non plus un quelconque recueil de textes épars mais bien une suite ficelée de textes rédigés par un homme politique hors du commun de la Troisième République, aujourd’hui inhumé au Panthéon et icône de la classe politique française, toutes tendances confondues. </p> <p>Au-delà de l’image d’Épinal que d’aucuns brandissent aujourd’hui à propos de Jean Jaurès ou encore des rues et écoles ...</p> http://journals.openedition.org/lectures/17839 Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin (dir.), Téléphone mobile et créationhttp://journals.openedition.org/lectures/15301Thu, 28 Aug 2014 00:00:00 +0200Rémy Besson<p><em>Téléphone mobile et création</em> a moins pour sujet des œuvres conçues avec des portables que la manière dont les usages de cet objet transforment notre rapport quotidien à la créativité. Le choix guidant la rédaction de cet ouvrage collectif consiste ainsi à proposer une approche culturaliste de l’émergence de pratiques associées à une nouvelle technologie. La très large démocratisation d’un outil pouvant servir à la création, tel que le mobile, conduit en fait les auteurs réunis dans ce livre à s’intéresser prioritairement à la manière dont les mobiles modifient les conditions du vivre ensemble et de l’engagement social et politique. Il est ici remarquable que Laurence Allard, Laurent Creton et Roger Odin, qui codirigent cette publication, aient pour cela fait appel à des chercheurs issus des différentes disciplines (études cinématographiques, anthropologie, communication, sémiologie, marketing, philosophie, psychanalyse) et à des professionnels du secteur. Il ressort de ces études qu...</p> http://journals.openedition.org/lectures/15301 CIHEAM, Mediterra 2014. Logistique et commerce agro-alimentaires, un défi pour la Méditerranéehttp://journals.openedition.org/lectures/14739Fri, 23 May 2014 00:00:00 +0200Anne Rollet<p>Les auteurs de l’ouvrage illustrent la nécessité de la création d’une communauté logistique agro-alimentaire euro-méditerranéenne face à un marché mondial, somme de micromarchés reliés par des infrastructures logistiques. L’opérationnalisation de cette Euro-Méditerranée passe par l’ambition de développer un réseau de plates-formes logistiques et d’améliorer ainsi le fonctionnement de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. </p> <p>Les 74 auteurs réunis dans cet ouvrage appartiennent à des domaines disciplinaires différents de l’entreprise, de la recherche, de l’enseignement, du conseil et de l’analyse, de l’ingénierie, d’administration étatique, du développement, du commerce international ou du journalisme. Ils possèdent tous un niveau de connaissances élevé sur l’agro-alimentaire et la production agricole. L’écriture des chapitres est collective pour articuler une approche multi-expertise centrée sur les flux produits.</p> <p>Après une présentation historique et globale ayant pour but d’offrir ...</p> http://journals.openedition.org/lectures/14739