Article publié le mercredi 3 août 2005 dans



Retrouvez cet article en ligne :
http://www.liens-socio.org/L-individu-comme-ressort-theorique


L’individu comme ressort théorique dans les sciences sociales

Un débat mis en ligne sur le site de sciences sociales EspacesTemps.net



Premières contributions :

* Danilo Martucelli : « Les trois voies de l’individu sociologique », 8 juin 2005, http://www.espacestemps.net/document1414.html .

Résumé : L’article propose, à partir d’une perspective historique, une brève cartographie des trois principales voies d’étude sociologique de l’individu en s’efforçant chaque fois de présenter leur noyau problématique. D’abord, la socialisation et le processus de formation de l’individu et son rôle dans la reproduction de la vie sociale. Ensuite, la subjectivation, qui étudie l’individu au travers de la dynamique entre l’expansion des contrôles et la visée d’émancipation. Enfin, l’individuation, une démarche qui interroge les différents types d’individu structurellement fabriqués dans les diverses sociétés.

* François Dubet : « Pour une conception dialogique de l’individu. L’individu comme machine à poser et à résoudre des problèmes sociologiques », 21 juin 2005, http://www.espacestemps.net/document1438.html

* Philippe Corcuff : « Figures de l’individualité, de Marx aux sociologies contemporaines - Entre éclairages scientifiques et anthropologies philosophiques », 12 juillet 2005, http://espacestemps.net/document1390.html

Résumé : Cet article propose une vue synthétique du traitement sociologique de la question de l’individualité. Il revient d’abord sur le débat traditionnel entre individualisme méthodologique et holisme méthodologique afin de proposer une troisième voie : le relationnalisme méthodologique (en termes de relations sociales). Il s’arrête ensuite sur une approche classique et méconnue, celle de Marx, en la comparant avec celle de Durkheim. Puis il s’intéresse aux problématisations nouvelles avancées par la sociologie contemporaine. Il décrit ainsi trois grandes figures abordées également par la philosophie : l’identité-mêmeté (Paul Ricoeur)/l’habitus (Pierre Bourdieu), l’identité-ipséité (Paul Ricoeur)/le quant à soi (François Dubet) et les moments de subjectivation (Jocelyn Benoist)/les états d’agapè (Luc Boltanski). Dans une dernière partie, il oriente le projecteur sur les apports et les limites d’un des paradigmes sociologiques les plus dynamiques : la sociologie dispositionnelle (et, plus précisément, sur Pierre Bourdieu et sur Bernard Lahire). Est mis alors en évidence ce que ce cadre heuristique peut perdre scientifiquement dans les amalgames entre « les dispositions » et « les compétences ». Tout au long de ce cheminement sociologique, l’auteur s’efforce de clarifier les présupposés anthropologiques (au sens de conceptions philosophiques a priori des propriétés des humains et de la condition humaine) alimentant les différentes démarches sociologiques, dans la perspective d’un dialogue transfrontalier entre sociologie et philosophie. Au bout du parcours s’ouvre une lecture pluri-dimensionnelle de l’individualité contre les exclusives des sociologies unidimensionnelles.

Ce débat s’inscrit lui-même dans le sillage d’échanges s’efforçant de « Penser aujourd’hui l’individu d’aujourd’hui », centrés autour du livre de Bernard Lahire, La culture des individus - (Paris, La Découverte, 2004), mis en ligne sur EspacesTemps.net en novembre 2004, avec des contributions de :

- Jacques Lévy, Blandine Ripert et Emmanuelle Tricoire (http://www.espacestemps.net/document774.html )

- Marc Dumont et Christophe Magand (http://www.espacestemps.net/document775.html)

- Louis Pinto (http://www.espacestemps.net/document778.html)

- Camille Hamidi (http://www.espacestemps.net/document780.html)

- Michel Grossetti (http://www.espacestemps.net/document782.html)



Un site internet à consulter...

EspacesTemps.net
http://www.espacestemps.net